Un géant du e-commerce va-t-il s’installer à Sens ?

Le Conseil municipal du 23 novembre 2020 faisait, entre autres, suite à une délibération du 9 juillet 2020 sur la cession partielle d’une voie dans la zone d’activités des Vauguillettes en vue de la future implantation d’une plateforme de commerce en ligne.

Construction d’un parc logistique dans la zone des Vauguillettes

La société PANHARD DEVELOPPEMENT, spécialisée dans le développement immobilier d’entreprises, avait a sollicité la ville de Sens par courrier du 24 juin 2020 afin d’acquérir une partie du chemin rural n°81 sur la Vallée des Gondelins dans la zone des Vauguillettes.

L’entreprise souhaitait disposer de l’ensemble de sa future propriété, pour le moment coupée par ce chemin, pour la construction d’un espace de stockage et de distribution constitué de 2 bâtiments de 104.840 m² et de 45.410 m².

La ville avait fait part à l’entreprise de son accord de principe, sous réserve de l’accord du Conseil municipal après enquête publique, qui s’est déroulée du 17 août au 1er septembre 2020. Le commissaire enquêteur a émis un avis favorable à la désaffectation et l’aliénation partielle de ce passage de 1577 m².

La motion a été approuvé à la majorité. Sur 35 conseillers municipaux, 25 étaient présents lors du vote. Deux d’entre eux se sont abstenus et deux se sont prononcés « contre ».

Une joute verbale qui ne débouche pas sur de réelles informations pour le grand public

Mathieu Bittoun et Marie-Louise Fort ont débattu sur la question de l’écologie et de l’emploi. Une « querelle » qui n’a, au final, donné lieu à aucune information concrète.

Le conseiller municipal s’est fait le porte-parole de son groupe Sens Ecologie avec un rejet net de cette proposition qu’il considère comme « délétère » au niveau « environnemental, social, patrimonial et économique ». Elle serait « un préliminaire à un projet bien plus vaste d’installation de plateformes logistiques d’un géant du e-commerce » comme « Amazon ou un de ses cousins ». En tout cas, la société Amazon France affirme ne pas être impliquée.

En réponse, la municipalité entend privilégier « les projets porteurs d’emplois » qui garantissent le développement du territoire. « A l’heure actuelle, je pense qu’il serait irresponsable de ne pas tenir compte de la réalité de l’évolution de notre monde », ajoute l’élue. Sur la présence d’une entreprise de commerce en ligne, la mairesse n’a pas confirmé les dires de Mathieu Bittoun précisant que les conseillers doivent se montrer « patients ».

Le conseiller municipal a ajouté que ce projet risque d’entrainer une destruction d’emplois dans les petits commerces, soit 2,5 emplois supprimés pour 1 emploi crée par un géant du e-commerce, chiffres évoqués en 2019 par Mounir Mahjoubi, Président du Conseil national du numérique.

Pour ce qui est de l’écologie, Marie-Louise Fort assure que la CDNAF (Commissions Départementales de Préservation des espaces Naturels Agricoles et Forestiers) veille au grain. De plus, pour l’élue, il est tout à fait possible de s’ouvrir à la modernisation dans le respect de l’environnement.

Le projet a pris du retard en raison des conditions sanitaires

La société PANHARD a précisé que les demandes de PC (permis de construire) et ICPE (Installation classée pour la protection de l’environnement) seront déposées au 1er semestre 2021 et que « la livraison du bâtiment est décalée au 4e trimestre 2022 ». 

Conseil Municipal en visioconférence ce 23 novembre 2020 / 2:30:00

image_pdfTélécharger
%d blogueurs aiment cette page :