SRAS Coronavirus-2 : plus sournois qu’en 2003

Le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) est la première maladie grave et transmissible de ce 21ème siècle. L’épidémie avait démarré en Chine en 2002, dans un groupe d’immeubles (Amoy Gardens) à Hong Kong, et avait poursuivi sa course dans 30 pays en 2003.

L’OMS avait lancé une alerte au niveau mondial le 12 mars 2003 et des mesures d’isolement et de quarantaine ont rapidement été mises en place. En France, une réponse a été mise en place dès le déclenchement de l’alerte internationale, avec une surveillance coordonnée par Santé publique France.

Le virus n’avait alors touché que 8.000 personnes et occasionné 800 morts. En France, 437 cas possibles avaient été signalés entre mars et juillet 2003. Sept cas probables ont été retenus dont un patient décédé, et 77 contacts ont été suivis.

Tout comme le SRAS CoV-2, plus communément appelé Covid-19, le SRAS Cov-1 se transmet par voie aérienne, par les gouttelettes de salive contaminée. Mais il est bien plus dangereux.

Alors pourquoi le Covid-19 fait-il plus de victimes ?

Selon les spécialistes, le Covid-19 est beaucoup moins létal que le SRAS de 2003, mais il se transmet beaucoup plus facilement. Les personnes porteuses du virus sont contagieuses alors même que les symptômes ne sont pas encore apparus, lorsqu’ils apparaissent. C’est là que réside la difficulté à endiguer l’épidémie comparée à celle de 2003.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :