Opération « Broyage » dans les déchèteries du Grand Sénonais début octobre

L’agglomération du Grand Sénonais organise une opération broyage (1) début octobre dans ses trois déchèteries afin de sensibiliser la population sur la réduction de déchets verts.

Les collectivités territoriales doivent mener de front deux luttes concernant les déchets verts : les pollutions dues au brûlage et l’accumulation des biodéchets dans les déchèteries. Une préconisation du gouvernement mais surtout une nécessité sanitaire et environnementale.

La CAGS (Communauté d’Agglomération du Grand Sénonais) fait donc sa rentrée sous le signe l’écologie avec l’opération « Broyage dans votre déchèterie ». Une initiative qui fait suite à la campagne « Zéro déchet vert dans nos poubelles » de 2019.

Les conséquences néfastes du brûlage des déchets verts

Le brûlage présente d’importants risques d’incendies et impacte fortement la qualité de l’air et la santé. Selon l’ADEME, en France, 1 million de tonnes de déchets verts sont brûlés à l’air libre chaque année par 9% des foyers.

L’agence de la transition écologique indique également que 50 kg de déchets verts brûlés émettent autant de particules fines que 13.000 km parcourus par une voiture diesel récente ou 37.900 km pour une voiture essence. Le brûlage des déchets est responsable de 48.000 décès prématurés par an.

La France fait d’ailleurs l’objet d’une procédure de contentieux par la Commission européenne concernant les émissions de particules fines oxydes d’azote supérieure aux valeurs limites fixées par la directive
2008/50/CE.

Un tiers des OMR sont des biodéchets

La production française de déchets verts est de 6 millions de tonnes par an dont 1,2 millions de tonnes dans les Ordures Ménagères et 3,5 millions de tonnes dans les déchèteries (2013).

En 2019, après analyse d’échantillons d’ordures ménagères résiduelles (OMR) (2), la CAGS avait constaté que 30% d’entre eux étaient composés de déchets fermentescibles. Des déchets composés de matières organiques biodégradables issus d’activités de jardinage ou d’entretien des espaces verts. La ville de Sens avait collecté 5.490 tonnes de biodéchets, soit en moyenne 36 kg par dépôt.

La collecte de ces déchets lors du ramassage des OMR fut proscrite dès le 1er janvier 2020 par décision du bureau communautaire du 4 juillet 2019. Le service collecte et traitement des déchets n’avait d’ailleurs pas manqué de proposer des solutions alternatives comme le compostage, le mulching ou encore le paillage.

Une nouvelle opération à visée pédagogique

D’ordinaire, les déchets verts déposés dans les déchèteries finissent à l’Usine d’Incinération des Déchets Non Dangereux (UIDND), une installation pratique et sécurisée mise en place par la CAGS en 1988. Même si les défenseurs de l’environnement tels que l’ADENY (association de défense de l’environnement et de la nature de l’Yonne) auraient préféré d’autres solutions.

Malgré tout, l’objectif demeure la réduction des déchets, y compris des biodéchets. L’heure est donc à l’amélioration de l’image de ces derniers en passant du déchet à éliminer à tout prix à une ressource naturelle et bénéfique pour les sols.

La collectivité a mis en place l’opération « Broyage dans votre déchèterie ». Les usagers des déchèteries sont invités à participer à ces animations qui se déroulera le 8 octobre aux Sablons, le 9 octobre aux Vauguillettes et le 10 octobre à Rousson, de 9h à 12h et de 14 à 17h. Au programme : dépôt des branchages et végétaux, broyage, récupération du broyat et conseils avisés sur son utilisation dans les jardins.


(1) Accessible aux personnes munie d’une carte de déchetterie 
(2) Tout ce qui n’est pas recyclable. Voir aussi Que deviennent les ordures ménagères résiduelles ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :