Mesures sanitaires au collège Saint-Etienne : les avis divergent

En juin les collégiens pouvaient choisir entre retourner au collège ou suivre les cours à distance. A la rentrée de septembre, les mesures sanitaires furent renforcées et le port du masque était toujours obligatoire. A l’aube des vacances de noël, comment les élèves et le personnel perçoivent-ils les mesures sanitaires actuelles ?

Les élèves commencent à s’habituer au masque

Le début du port du masque fut difficile pour les élèves du collège Saint-Etienne, toutes classes confondues. Aujourd’hui, les avis sont assez mitigés sur la question des masques et des distanciations sociales.

Beaucoup s’y habituent. « En vrai à la fin, on s’habitue un peu » dit une élève de 6e. Tandis que d’autres ont encore du mal à le supporter. Théo un élève de 4e pense que « C’est chiant parce que on ne voit pas nos têtes. Au début c’était dur ».

Toutefois, le port du masque et le gel antibactérien à l’entrée des salles de classe rassurent les élèves.

Nous avons pu voir que les élèves respectent à peu près tous le port du masque dans la cour. Nous avons pu également remarquer qu’ils avaient encore beaucoup de contacts entre eux malgré le Covid-19, même si ce n’est forcément pas de leur faute car l’être humain a besoin de proximité sociale.

L’étude des scientifiques du Laboratoire de psychologie sociale et cognitive de Clermont-Ferrand permet de comprendre que « l’affiliation et la recherche de contacts physiques sont des réponses essentielles au danger. Même en l’absence de menace, la distanciation sociale n’est pas naturelle ». « De ce fait, en temps de pandémie, cette compulsion affiliative pourrait rendre les mesures de distanciation physique d’autant plus difficiles à respecter ».

Qu’en est-il du personnel du collège ?

Tout comme les élèves, la majorité des professeurs en a marre du masque. Sauf certains qui n’ont aucun mal à le supporter comme Aurélia Poulard, professeur d’anglais : « Je ne me pose pas la question, je mets un masque, une culotte c’est la même chose ! ».

L’ensemble du personnel trouve que les règles mises en place par la directrice sont suffisantes et justes. Voici un exemple de ce que disent les professeurs à ce propos : « Elles sont suffisamment strictes si tout le monde les respecte ».

La distanciation sociale qui avait été mise en place au mois de juin a dérangé beaucoup de professeurs pour travailler en présentiel. Tout le monde préférait travailler au contact des élèves et non en distanciel.

Une minorité seulement voulait qu’il y ait de ce protocole d’enseignement à distance. Les autres ne le souhaitaient pas spécialement car les élèves n’étaient pas concentrés sur les cours ainsi que sur les devoirs qui étaient donnés.

Le personnel logistique de l’établissement, quant à lui, essaie de faire de son mieux pour que les élèves se sentent rassurés malgré le Coronavirus.

Léa Guichard

image_pdfTélécharger
%d blogueurs aiment cette page :