L’expert en logement sénior Papyhappy poursuit son développement

L’arrivée progressive des baby-boomers dans la catégorie séniors depuis le début des années 2000 a généré une hausse de la population de plus de 65 ans de plus de 35%, portant leur nombre à 14 millions en 2021 selon l’INSEE, dont 6,4 millions de plus de 75 ans. C’est autant de clients potentiels pour la société jovinienne Papyhappy qui compte dix salariés. Depuis sa création en 2016, la plateforme règne toujours sur le secteur immobilier sénior, proposant 12.000 solutions d’habitations.

Mais son dirigeant et ancien directeur d’EHPAD, Joachim Tavares, ne s’est pas contenté de recenser tous les établissements dédiés aux personnes âgées. Il les a évalué grâce à la visite d’un client mystère. En mars 2017, l’un des EHPAD de Sens avait reçu une note de 1/5 en termes d’ambiance. L’évaluateur avait jugé l’accueil « froid », notant un refus d’accès à la totalité du bâtiment. Les parties visitées étaient sombres et peu avenantes.

Un pôle « Conseil a été créé il y a deux ans, un service gratuit par téléphone et payant en cas d’accompagnement personnalisé, d’une durée moyenne 6 mois, et s’il est sollicité directement auprès de Papyhappy. Ce service est totalement pris en charge par la mairie de Joigny dès lors que les habitants font appel à elle, ainsi que par l’assureur Groupama. Joachim Tavares est d’ailleurs en pourparler avec d’autres établissements. « On déploie au niveau d’une banque du groupe BPCE », issue d’une fusion de la Banque populaire et de la Caisse d’épargne en 2009. Des tests ont été effectués la semaine dernière.

Pour le moment, environ 300 personnes en ont bénéficié. Un chiffre bas du fait que l’entrepreneur n’a pas souhaité le développer davantage en interne. L’objectif est plutôt de faire appel à des réseaux de distribution pour en faire la promotion.

« L’aspect humain fait défaut ». C’est le triste constat qu’avait fait le fondateur de ce « Tripadvisor » des séniors. Il était important d’offrir « une écoute attentive » aux gens et de les orienter selon leurs besoins réels. Alors que pour certains l’EHPAD reste une réponse à tout, Papyhappy met en exergue les nombreuses autres alternatives de logement telles que la colocation sénior pour les plus autonomes.

Joachim Tavares projette d’appliquer son modèle à d’autres communes. Une nouvelle collaboration avec la mairie d’Orléans est sur le point de voir le jour. Papyhappy étend aussi son réseau à l’étranger. « Le savoir-faire français est reconnu en Europe. On est parti de ce principe-là. On s’est dit que si ça marche bien en France, pourquoi ne pas en profiter et s’implanter dans d’autres pays ». En avril 2019, la société a créé une filiale à Saragosse, en phase de test. La plateforme espagnole recense aujourd’hui 6.000 établissements. Pour l’instant, cet essai n’est « ni un échec, ni une réussite » vue la baisse d’activité due aux mesures sanitaires.

La société prévoit également la création d’entités dans d’autres pays d’Europe. L’ouverture d’une agence dans un pays frontalier de la France, du côté du Benelux, en est en cours de négociation. Un projet cependant freiné en raison du contexte actuel.

image_pdfTélécharger
%d blogueurs aiment cette page :