Le Leader Price de Sens pourrait bien devenir Aldi

L’enseigne française dédiée au hard-discount Leader Price existe depuis 1990. Elle fut rachetée par le Groupe Casino en 1997. Aujourd’hui, elle compte près de 800 magasins en France dont celui de Sens qui a fait ses premiers pas à la fin de l’année 2010. Ce dernier pourrait bien arborer le logo Aldi dans un avenir proche.

Des négociations qui ont démarré sur les chapeaux de roues

Vers la fin de l’été 2019, Casino et le géant allemand de la distribution Aldi étaient entrés en discussions pour la vente de la quasi-totalité du réseau Leader Price. Le 20 mars 2020, l’enseigne annonçait avoir signé une promesse d’achat unilatérale pour acquérir 3 entrepôts et de 567 magasins en France métropolitaine pour un montant de 735 millions d’euros.

Le gérant du Leader Price de Sens a confirmé que le magasin fait « logiquement » partie du plan de rachat, sauf « si ça change du jour au lendemain ». Selon lui, aucune date n’a été fixée à ce jour et aucune réorganisation n’a encore été planifiée.

Pourquoi le groupe Casino cède-t-il les magasins Leader Price à Aldi ?

Le groupe Casino a déclaré que cet accord permettra aux magasins Leader Price transférés de se développer « sous l’enseigne Aldi et bénéficieront de la dynamique commerciale d’Aldi France ».

Sans doute une façon élégante de justifier la vente de ses établissements les moins rentables comme au moins 20 de ses hypermarchés Géant au cours de l’année 2019. Comme le précise Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution, le groupe doit faire « face à ses difficultés d’endettement ». En 2019, ces opérations ont permis au groupe de réduire sa dette financière nette à 3,4 milliards d’euros (2,3 milliards d’euros en France).

De son côté, Aldi France affirme simplement que ce projet est « un signal fort d’optimisme pour l’avenir » et qu’il lui permettrait « de renforcer sa présence sur le marché français ». En effet, contrairement à Casino dont les parts de marchés sont en baisse constante (-0,8 points en 2019), Aldi enregistre une hausse de 0,2 point et atteint 2,4%. Celles de Lidl ont augmenté de 0,5 point (6,4%). Et E.Leclerc reste le leader avec 21,4%.

Le projet de rachat doit être examiné par l’Autorité de la Concurrence

A l’origine, l’opération devait être examinée par la Commission européenne. Mais les parties les parties ont demandé son renvoi à l’autorité de concurrence française, comme le permet le règlement européen n° 139/2004. Le dossier a été transféré le 9 juin et « l’Autorité examinera notamment les impacts de l’opération tant en amont, sur les fournisseurs, qu’en aval, dans chaque zone de chalandise ».

Dans l’attente de sa décision, Aldi France « espère que l’issue de cette procédure sera positive ; une procédure qui s’inscrit dans le cours normal des choses pour une opération d’acquisition de ce type ».

image_pdfTélécharger

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :