La sénatrice de l’Yonne Dominique Vérien était en visite au CTLM

Visite et réunion informelle, Dominique Vérien s’est rendue au CTLM sis rue Victor Guichard à Sens ce jeudi 6 février 2020. La sénatrice de l’Yonne a pu constater les nombreux atouts que présente le centre de santé.

Après une visite des lieux qui l’a plutôt enthousiasmée, la sénatrice s’est entretenue avec Corinne Tivadar, directrice du CTLM. Au cours de cette réunion informelle, l’élue a d’abord évoqué la culture comme son domaine de prédilection. Mais le centre de santé est rapidement revenu au coeur de la discussion, comme une autre de ses priorités.

Un centre de santé pleinement actif

Aujourd’hui, une quarantaine de professionnels de santé travaillent au sein de ce centre de santé en harmonie et surtout en réseau. Un exemple à suivre sans aucun doute en ces temps de crise sanitaire qui touche particulièrement les territoires ruraux et qui défie esprits critiques, envieux et/ou compétitifs. Reste à savoir si ces derniers se soumettront finalement à l’intérêt général et à des projets constructifs tels que celui présenté par l’élue.

Le centre CTLM avait été créé dans cette optique par Corinne Tivadar, inquiète quant à la santé des Sénonais qui peinaient à obtenir un médecin traitant ou une consultation avec un spécialiste. La structure a grandi (trop ?) vite en raison d’une très forte demande à laquelle elle doit aujourd’hui s’adapter. Le centre devrait malgré tout retrouver un équilibre financier d’ici la fin de l’année grâce à diverses aides et le soutien de l’ARS (Agence Région de Santé) de Bourgogne-Franche-Comté.

La sénatrice n’a pu afficher qu’un soutien moral

Les problèmes financiers du centre CTLM sont dus en grande partie au décès du docteur Jeannin qui avait accepté de suivre son ancienne collaboratrice dans cette nouvelle aventure. Une perte humaine mais également financière pour le centre de santé d’environ 80.000 euros par mois.

La sénatrice s’est montrée claire sur son implication financière vis-à-vis du centre en rappelant que les réserves parlementaires ont été supprimées « pour éviter tout clientélisme ». « C’est allé dans le puits sans fond de l’Etat mais ils en ont gardé 10% de l’ensemble qu’ils redonnent sous forme de fonds aux associations » distribués par le préfet, a-t-elle ajouté.

Dominique Vérien, a cependant montré un fidèle soutien à ce type d’initiatives locales visant à lutter contre la pénurie de médecins, phénomène qui a frappé la ville de Sens il y a plusieurs années et qui lui a valu d’être qualifiée de « zone de désertification médicale » en 2016.

D’autant que la sénatrice s’est déjà trouvée au cœur d’un tel projet lorsqu’elle était maire de Saint-Sauveur-en-Puisaye, place qu’elle avait dû céder en 2018 en raison de la loi sur le non-cumul des mandats. Elle a rappelé que la commune de Saint Amand avait été pionnière dans le domaine par la création de la toute première maison de santé de France à l’initiative du docteur Michel Serin. Le projet s’est ensuite étendu par la création de plusieurs autres maisons de santé dont celle de Saint-Sauveur-en-Puisaye. La commune a même créé récemment une Maison des Internes. Une collaboration de plus grande envergure s’est profilée entre les médecins et les collectivités de la Puisaye-Forterre.

image_pdfTélécharger
%d blogueurs aiment cette page :