La réhabilitation du pont de Pont-sur-Yonne s’achèvera fin mai 2021

La rénovation du pont franchissant l’Yonne à Pont-sur-Yonne sur la route départementale 606 devait durer 12 mois et prendre fin à la mi-décembre 2020. Les travaux, qui ont démarré en janvier 2020, ont subi un allongement de 5,5 mois dont 2 mois en raison du confinement.

Un diagnostic complet avait révélé que l’ouvrage, construit entre 1938 et 1942, présentait de sérieux signes de fatigue, notamment au niveau des poutres, et de fissuration du tablier béton, dus à son âge ; une durée de vie de 80 ans tout à fait normale selon Vincent Jung, directeur de l’ingénierie routière au Conseil Départemental.

Coût des travaux

L’opération, entièrement financée par le Conseil Départemental de l’Yonne, s’élève au total à 7.214.026 millions d’euros. Ces travaux comprennent la démolition du tablier, la démolition partielle des culées (*), la réalisation de nouveaux appuis sur piles et culées, la reconstruction de la charpente métallique, la réalisation des équipements de l’ouvrage et la pose de la chaussée et raccordements à la voirie existante.

L’équipe municipale a pris le parti de maintenir le passage des piétons et automobilistes, en concertation avec les entreprises Vinci et Berthold en charge du chantier. Cette décision leur rend la tâche plus difficile et a gonflé le coût des travaux d’un million d’euros. Mais elle était absolument nécessaire afin « de ne pas couper la ville en deux » comme l’explique Grégory Dorte, maire de Pont-sur-Yonne, et de ne pas paralyser la commune, notamment sur le plan économique.

Un projet aux méthodes ultra innovantes

Phase travaux aval

Finalement, cette continuité de la circulation est en quelque sorte un mal pour un bien pour les entreprises. Cette réhabilitation à l’organisation très atypique, avec une circulation sur une voie en alternat, constitue un vrai challenge pour le groupement Vinci/Berthold qui n’a jamais été confronté à ce cas de figure, ainsi que pour les entreprises locales intervenant en sous-traitance. A noter que Vinci favorise un ancrage local de tous leurs chantiers.

Cette difficulté a même fait naître de nouvelles idées ingénieuses pour la réalisation de cet ouvrage comme l’utilisation du nouveau pont comme support à la déconstruction de l’ancien.

Phase travaux amont

Vue l’important trafic habituel sur ce pont, à raison de plus de 12.000 véhicules par jour (dont 1.000 poids lourds), les travaux se déroulent donc en deux phases pour permettre la circulation des véhicules légers et piétons : au nord puis au sud. Cependant, certaines coupures totales du trafic seront nécessaires lors de certaines phases du chantier, notamment à fin.

Carton rouge

Patrick Gendraud, président du Conseil Départemental de l’Yonne, s’est montré indigné par l’attitude de certains qu’il juge « très malveillants ». Des camions et des tracteurs semblent s’obstiner à emprunter le pont alors qu’une déviation a été mise en place pour les véhicules de + de 3 m de hauteur et + de 3,5 Tonnes.

Ils passent donc outre les règles de sécurité concernant le poids maximum autorisé sur le pont, mettant ainsi en péril l’ouvrage et la sécurité des ouvriers et des passants. Si l’équipe comprend les impératifs des agriculteurs, elle s’inquiète néanmoins d’un risque d’effondrement du pont, fragilisé ponctuellement par ces travaux.



(*) La culée d’un pont est la partie située sur la rive destinée à supporter le poids d’un tablier à poutre ou la poussée de la voûte d’un pont en arc.
Source : Wikipédia

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :