Défense des commerces de Migennes : le maire signe l’acte 2

Le 28 octobre, Emmanuel Macron annonçait l’instauration d’un nouveau confinement pendant lequel seuls les commerces dit « de première nécessité » sont autorisés à recevoir du public. Dès le lendemain, plusieurs municipalités s’étaient mobilisées pour défendre les commerces de proximité.

A l’instar de ses homologues, le maire de Migennes, François Boucher, avait pris arrêté pour autoriser leur ouverture. L’élu dénonçait alors « une rupture d’égalité de traitement » entre ces établissements et les grandes surfaces qui proposaient des produits du même type.

Même si nous espérions mieux, cela est déjà une petite victoire !

Le 1er novembre, le Premier ministre avait répondu à la colère des commerçants de France par l’annonce de la fermeture des rayons « non essentiels » des hypermarchés. Le gouvernement avait complété la liste des produits autorisés à la vente par décret du 2 novembre 2020.

L’espoir insufflé aux commerçants asphyxiés par ces deux confinements successifs fut de courte durée puisque le Préfet de l’Yonne a refusé à la municipalité le « droit de maintenir les commerces « non-essentiels » ouverts ». Le maire s’est donc résigné à prendre un nouvel arrêté le 3 novembre abrogeant celui du 29 octobre. Mais l’histoire ne s’arrête pas là.

« Je continuerai à me battre pour nos commerçants, que cela n’en déplaise aux hautes autorités de l’Etat. »

Le 17 novembre, François Boucher insiste auprès du Préfet avec une nouvelle demande d’autorisation de reprise d’activités des commerces de proximité dès le 25 novembre, voire le 24 novembre. Cela leur permettrait d’organiser le Black Friday ou « Vendredi noir » fixé cette année au 27 novembre, de renouer avec leurs clients et d’écouler leurs stocks pour les fêtes de fin d’année. De plus, il estime que « les commerces de proximité sont bien mieux disposés à accueillir du public en toute sécurité que la plupart des grandes structures ».

Les membres du gouvernement, quant à eux, peinent à s’entendre. Alors que le ministre de l’Economie Bruno Lemaire est convaincu que les commerces doivent rouvrir prochainement, dès le 27 novembre, sous l’égide d’un nouveau protocole sanitaire, le ministre de la Santé Olivier Véran n’y est toujours pas favorable.

image_pdfTélécharger
%d blogueurs aiment cette page :