Commerçants, artisans et clients gardent le contact sur « Le grand marché de Noël du Sénonais » virtuel

Catherine Sonneville Ayhan

La couturière Catherine Sonneville Ayhan a lancé « le grand marché de Noël du Sénonais » sur Facebook il y a environ dix jours. Touchée par la peine des commerçants de ne pas pouvoir travailler pendant les fêtes de Noël et elle-même artisane privée de salons et foires qui constitue une bonne partie de son chiffre d’affaires, la sénonaise a eu envie de créer un espace dédié afin de leur « donner un petit coup de pouce ».

« Là où je me fournis, quand tu rentres dans la boutique et que la commerçante a limite les larmes aux yeux parce qu’elle vient d’apprendre qu’elle doit fermer encore, ça fout les boules… »

Beaucoup de commerçants et artisans n’ayant pas pignon sur internet et les adeptes du « click and collect » ont donc saisi l’opportunité de présenter ses produits sous forme d’album photo. Sur ce groupe qui compte déjà près de 900 membres, certains ont déjà commencé à vendre, d’autres suscitent la curiosité de clients potentiels. Cependant les marchands de jeux et jouets pour enfants manquent encore à l’appel. Catherine espère les voir arriver bientôt.

« Il faut que ça reste dans l’esprit de Noël »

Dès le lancement de ce marché virtuel, l’artisane avait annoncé que ce lieu d’échanges devait « rester agréable » et présenter des articles que l’on trouverait sur un marché de Noël traditionnel, puisque c’est la vocation première du groupe. Mais pour l’instant l’administratrice n’a pas vraiment noté de débordement, ni dans le contenu de ces « boutiques » virtuelles, ni au niveau des interactions sociales.

« Je l’ai fait pour qu’on puisse acheter local »

Ce type d’initiatives tend à réorienter les consommateurs vers les commerces de proximité locaux, évincés de la vie économique pendant le confinement. Tandis que des plateformes de vente en ligne comme Amazon battent des records de chiffre d’affaires. « C’est trop facile. A partir du moment où les magasins ferment, les gens commandent sur internet. Je trouve ça dommage parce qu’on a tout ici » explique Catherine Sonneville Ayhan.

L’artisane souhaite éventuellement aller plus loin dans sa démarche en organisant, fin décembre, en collaboration avec les commerçants, une sorte de tombola.

image_pdfTélécharger
%d blogueurs aiment cette page :