Accueil > Sens : Des messages d’espoir ont fleuri dans la ville

Société

Sens : Des messages d’espoir ont fleuri dans la ville

Publié le 18 février 2021

Lancée par la ville de Sens début janvier, l’opération « un peu d’amour, un peu de joie… » s’achevait hier. De nombreux témoignages d’amour, d’espoir et de remerciement ont été offerts par et à la population et retranscrits sous forme d’affiches par la municipalité. Une façon de renouer avec un espoir perdu dans les méandres de la crise sanitaire.

Lise, assistante de direction et responsable des tournages et de l’affichage, et Aurélie, graphiste, toutes deux agents de la mairie de Sens, ont ainsi orné la colonne Morris située place Jean-Jaurès, d’une dernière affiche, un mot d’amour poignant d’une femme à son défunt conjoint.

L’initiative est inspirée de démarches similaires dans d’autres villes pour la Saint-Valentin, des messages d’amour affichés sur des panneaux d’affichage électronique. « Sauf que nous, on s’est donné un peu plus de mal » précise Aurélie. Les deux employées municipales ont en effet créé une affiche par message, en collaboration avec le service communication. Puis elles ont placé elles-mêmes chaque affiche dans les panneaux M.U.P.I. (mobilier urbain pour l’information), appelés également Sucettes.

Appuyées par Jean-Pierre Crost, adjoint au maire chargé de la Sécurité, de l’évènementiel et de la communication, les deux jeunes femmes sont parvenues à convaincre Philippe Blanchoz, directeur de la communication de la ville, de la valeur de leur projet. « C’est réinvestir l’espace public avec de la parole » admet-il finalement enthousiasmé les effets positifs de cette campagne.

La mairie a reçu une trentaine d’écrits emplis de passion, de bienveillance ou plus légers, comme « Mehdi paye ton grec ». Un message qui a beaucoup amusé l’équipe et qui a fait l’unanimité. Répondant aux critères, ce dernier a bien sûr fait l’objet d’un affichage que l’auteur s’est empressé de partager sur les réseaux sociaux. « On ne pouvait pas ne pas le mettre » lance Philippe Blanchoz.

Lise et Aurélie souhaitaient apaiser les esprits tourmentés par une ambiance « anxiogène, un peu morose ». « On s’est dit que ce serait bien de trouver une petite idée qui fasse un peu plaisir aux gens, pour leur donner un peu de bonheur ».

Cette aventure a aussi fait du bien aux deux agents, moralement. « On a contribué un tout petit peu à leur bonheur ». L’humain a un peu plus repris sa place au centre de la cité de Brennus. Les plaintes et l’amertume se sont transformées en remerciements, en encouragements et en messages de joie dans les services municipaux.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dernières news

Le cinéma allemand fait son grand retour à Sens

L’Association Franco-Allemande de Sens (AFA) a... [Lire la suite]