Accueil > Revivre : le crédo du collectif sénonais Danser encore

Société

Revivre : le crédo du collectif sénonais Danser encore

Publié le 26 mars 2021

"Il nous paraissait très important qu’au niveau local on créé des réseaux, on créé des endroits d’échanges où on peut vraiment réfléchir à ce qu’on peut faire de constructif"

Le collectif Danser encore est né il y a quelques semaines sous le poids des mesures sanitaires restrictives. Une dizaine de citoyens sénonais se sentait préoccupée par "ce qui nous est imposé". Certains se sentent manipulés, notamment par les chiffres. Ils désiraient donc agir au niveau local pour faire bouger les choses.

L’objectif est, avant tout, d’ouvrir le dialogue. Le groupe se défend d’être engagé dans une lutte contre les pouvoirs publics. Loin d’être militant, il souhaite avant tout rétablir un semblant de normalité dans leur existence. Prendre soin de soi et rompre l’isolement sont devenus une absolue nécessité ainsi que la transmission de cette volonté à d’autres. Mais surtout ils souhaitent que les gens s’affranchissent de cette peur nourrie par le gouvernement et les médias et qui asphysxie le quotidien.

"Nous on n’est pas juriste, on n’est pas politique mais on envie de continuer à penser. La pensée n’est pas unique. Elle va dans différentes directions". Les membres du collectif revendiquent le droit de s’interroger et d’émettre un avis contraire à l’opinion consentie par une majorité au sujet de cette épidémie sans être taxés de complotistes.


Lire aussi : Le collectif sénonais « Retrouvons nos libertés » fait acte de résistance face à des mesures sanitaires liberticides


Leur curiosité les a même menés à contacter Michèle Crouzet, députée de l’Yonne, afin de savoir pour quelle raison elle avait voté pour la prorogation de l’état d’urgence sanitaire. Le collectif rapporte que pour son assistant parlementaire Steve Campagne, "c’était une évidence" et "c’était un choix". La députée n’a pas donné suite à leur demande d’entretien, ni à nos appels, par ailleurs.

La première action de Danser encore vise à encourager un décloisonnement en invitant la population à participer à des promenades au parc de la Ballastière les dimanches de 11h à 12h. Un lieu où "on peut se rencontrer, se réjouir d’être ensemble".

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dernières news

Le cinéma allemand fait son grand retour à Sens

L’Association Franco-Allemande de Sens (AFA) a... [Lire la suite]