Accueil > La recette du collège Saint-Etienne pour faire du bien à ses élèves de 3ème

Education

La recette du collège Saint-Etienne pour faire du bien à ses élèves de 3ème

Publié le 27 juin 2021

1. Placez dans une salle 25 élèves de troisième, plutôt stressés pour la plupart, car sur le point d’affronter les épreuves du Brevet.

2. Y ajouter deux bonnes pincées de comédiennes souriantes et motivées ainsi qu’un (voire deux) soupçon de savoir-faire.

3. Mélangez énergiquement et vous obtiendrez une assemblée dont l’enthousiasme atteindra même les plus timides.

4. Laissez mijoter pendant une heure, en remuant de temps en temps.

5. Voilà, votre classe a légèrement rougi, sourire aux lèvres, fin prête à poursuivre leurs révisions.

"Là on est en train de se régaler"

Madame RODRIGUEZ savoure encore l’œuvre Antigone mise en scène par Romain Sardou. Le collège Saint-Etienne célébrait le retour de la culture ce samedi soir au Théâtre Municipal de Sens. Un spectacle dans la continuité du travail mené cette année. Mais l’établissement souhaitait également que ses 40 élèves de 3ème puissent "se lâcher un peu" avant la phase de révision du Brevet. Les réjouissances se sont poursuivies par un atelier théâtre organisé en deux temps, à raison d’une heure d’initiation par classe.

L’ingrédient secret de cette professeure de Français à l’origine de cette initiative : deux charmantes comédiennes de la compagnie Souche Bleue Compagnie. Esther LANDRIER, originaire de Sens, a appris le théâtre au collège Saint-Etienne où elle étudiait. Elle a ensuite trouvé son bonheur au sein du cursus "théâtre" de l’université Sorbonne-Nouvelle, puis au conservatoire de Pantin où elle a fait la connaissance d’Aurélie DEBACKERE, co-intervenante de cet atelier théâtre.

Les deux comédiennes, coutumières de ce type d’animation avec des adultes, des adolescents et des enfants, sont intervenues auprès des élèves de 3ème ce mardi 15 juin 2021 après une longue traversée du désert.

"On a eu plein de dates annulées. Les interventions dans les milieux scolaires, ce n’était pas possible jusqu’à maintenant. Donc on a essayé de s’accrocher comme on pouvait, de continuer à répéter".

Cette séance a donc été salutaire pour les deux comédiennes particulièrement frappées de plein fouet par cette crise sanitaire. N’étant pas encore intermittentes du spectacle, elles n’ont pas pu bénéficier de "l’année blanche" qui consiste à prolonger automatiquement le versement des indemnités chômage.

"J’aime beaucoup transmettre ma passion du théâtre"

confie Aurélie DEBACKERE.

>

Une passion que l’on pouvait aisément ressentir au cours de la séance. Aurélie DEBACKERE et Esther LANDRIER ont su encourager les élèves et sont même parvenues à faire participer les plus réservés. C’est le cas d’Arthur qui a trouvé l’atelier "très sympa". "Ca m’a permis de découvrir le théâtre et ses amusements. Et ça permis de m’enlever de ma timidité et de me découvrir" ajoute-t-il.

Louanne partage ce sentiment. "Il faut avoir un peu de courage. Je l’avais déjà fait mais devant la classe, c’est un peu plus difficile que devant des personnes qu’on ne connait pas. Certains ont peur qu’on se moque de nous mais, après tout, on est dans le même bateau".

Les comédiennes ont opté pour des exercices collectifs plutôt courts, sous forme de jeux, et avec des consignes simples, histoire d’y aller en douceur. Mais de petites interventions individuelles étaient prévues à l’intérieur de chaque groupe. "On essaie de faire en sorte qu’ils démarquent un petit peu" précise Aurélie DEBACKERE.

"Je crois vraiment beaucoup au théâtre tant dans la richesse de la langue que dans l’exercice de l’oral, la confiance en soi. Je crois que c’est vraiment libérateur pour les élèves, l’acceptation de soi aussi. Et on voit bien que dans la mixité, il y a plein de choses qui se jouent"

conclue la professeure.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dernières news