Accueil > La fête de la Libération de Sens avec laisser-passer laisse un goût amer

Editos

La fête de la Libération de Sens avec laisser-passer laisse un goût amer

Publié le 20 août 2021

Le Conseil constitutionnel a rendu un avis favorable au Pass sanitaire le 13 août 2021. Désormais, seuls les citoyens munis de ce document ont un droit d’accès à un grand nombre de lieux culturels et sportifs. L’accès aux soins et au travail est également limité à cette condition.

Aujourd’hui, on n’affuble plus les opprimés d’un signe distinctif pour les exclure, on demande à des citoyens de présenter un laisser-passer, voire de porter des bracelets afin d’asseoir leur nouveau privilège. Certains, même, paradent fièrement avec leur nouvel attirail, avec l’étrange conviction de se retrouver, enfin, parmi leurs pairs, responsables, sages et cultivés. Le paon n’aurait pas fait mieux.

Inutile de préciser que la ville de Sens ne fait pas exception, appliquant consciencieusement cette nouvelle loi. Les futurs événements culturels de la ville font débat au sein de la communauté, notamment la fête de la Libération qui pointe de bout de son nez.

Rappelons que le 21 août 1944, la ville de Sens était enfin libérée de l’occupation allemande. Les Sénonais avaient vécu pendant 4 ans sous une menace constante de leurs oppresseurs et bon nombre d’entre eux furent maltraités et fusillés. Le pays était vraiment en guerre pour le coup, avec son lot de drames, d’horreurs, de désespoir, de traumatismes, et de morts recensés au nombre de 600.000.

« C’est marrant quand même que l’on fête la Libération de Sens alors que de nos jours on nous prive de nos libertés un peu plus chaque jour » s’indigne un internaute.

Cette année, seule une partie de la population pourra rendre hommage aux troupes américaines, au Francs-Tireurs et autres défenseurs de la liberté des Sénonais sur la place de la République. « Liberté, égalité, fraternité », une devise qui, pourtant, ne pourra plus être défendue au sein d’un espace public désormais privatisé, même ponctuellement, à la faveur d’un nombre restreint détenant le fameux Pass sanitaire.

Le Pass sanitaire, goutte d’eau qui fait déborder le vase, nouvelle source d’inquiétude pour les amoureux de la liberté qui notent, a fortiori, l’ironie de la situation, tandis que d’autres s’offusquent de voir que tout est rapporté à question du Pass sanitaire.

Le fait est que l’état d’urgence « sanitaire », qui se doit d’être un état d’exception, provisoire, de courte durée, se prolonge dangereusement depuis un an et demi, au détriment d’un état de droit, avec pour conséquences une extrême privation de libertés, et en prime, une crise économique et sociale. Mais aujourd’hui le discours du gouvernement, qui s’affranchit bien volontiers de la littérature scientifique, semble faire office de parole d’évangile.

La libération de Sens a bien eu lieu en 1944 et sera fêtée comme il se doit comme chaque année. A la différence que les non vaccinés devront se contenter de l’écho lointain de cet évènement glorieux, isolés, au-delà des barrières qui enceignent une poignée de bienheureux. Un épisode de l’Histoire de Sens qui, jadis, rassemblait le peuple.

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dernières news

Le cinéma allemand fait son grand retour à Sens

L’Association Franco-Allemande de Sens (AFA) a... [Lire la suite]