Accueil > Jean-Jacques Percheminier raconte l’histoire de Courlon-sur-Yonne

Culture/histoire

Jean-Jacques Percheminier raconte l’histoire de Courlon-sur-Yonne

Publié le 4 décembre 2020

Maire de Courlon-sur-Yonne pendant 23 ans, Jean-Jacques Percheminier a passé le flambeau à une nouvelle génération d’élus. Mais s’il s’est retiré de la vie politique de la commune, il n’en reste pas moins passionné par son histoire qu’il raconte dans son livre ’Courlon-sur-Yonne d’un siècle à l’autre, de 1830 à 1930’ paru en novembre 2020.

"L’histoire d’un village c’est aussi l’histoire des hommes du village" écrit Mahfoud Aomar, Président de l’Association des Maires de l’Yonne, en préface de son ouvrage Courlon-sur-Yonne d’un siècle à l’autre, de 1830 à 1930. Jean-Jacques Percheminier y retrace l’histoire de sa commune ainsi que le rôle majeur des représentants de la municipalité et des habitants.

Le confinement aura au moins offert du temps libre à l’auteur qui s’est empressé de le mettre à profit pour honorer la mémoire du village. La première étape fut de collecter, pendant un an, de nombreux témoignages oraux et écrits de particuliers confiés par les descendants, des documents et archives municipaux qui font aujourd’hui la richesse de ce récit.

Pourquoi cette période en particulier ? Tout bonnement parce qu’en consultant les registres de délibérations des conseils municipaux, Jean-Jacques Percheminier a eu le sentiment d’avoir "une matière plus abondante sur cette période-là que sur d’autres".

"J’ai pris conscience que beaucoup de ces éléments-là risquaient de se perdre. Je voulais les sortir d’un oubli potentiel"

Cet ouvrage est donc avant tout un devoir de mémoire. Jean-Jacques Percheminier redonne vie au Courlon-sur-Yonne d’antan, dans ses heures les plus glorieuses. Pendant cette période, la commune est en pleine mutation, avec une vie politique et sociale plutôt intense. Qu’il s’agisse de préoccupations sanitaires, d’instruction, d’aménagement du bourg et des environs ou encore de la nécessité de s’ouvrir à l’extérieur.

Alors que la France embrasse volontiers tous les aspects du progrès amené par ce siècle, le village de Courlon-sur-Yonne ne fait pas exception. "C’était net. Au niveau départemental et national, on est en pleine période de ladite Révolution industrielle. Donc on ressent en creux la volonté des gens de ne pas laisser passer le train, d’être partie prenante de ces évolutions-là" raconte Jean-Jacques Percheminier.

"J’ai trouvé que mes prédécesseurs étaient particulièrement dynamiques. Je pense que c’est le cas de beaucoup de communes du nord de l’Yonne. Je trouvais intéressant de redonner ça à la lecture des personnes les plus concernées, c’est à dire les Couronnais et les Courlonnaises".

Sans doute une question d’état d’esprit propre à cette époque puisque selon les déclarations de Charles Mazières, maire de la commune de 1896 à 1943, il existait déjà des difficultés financières. "C’est en tout cas ce qui transparait dans les documents, un grand espoir dans le progrès" et donc en l’avenir.

Jean-Jacques Percheminier évoque de nombreux autres personnages comme Victor Guimard, qui a donné son nom à une rue de Sens. L’ancien maire s’est d’ailleurs senti particulièrement proche de son homologue, notamment "sur sa volonté de transmettre" puisqu’il était aussi enseignant.

Il rapporte également des évènements importants dont la création et l’entretien de bâtiments, "la prise de position intéressante sur ce qu’on appellerait aujourd’hui la mobilité, soit le projet de construction d’un pont pour franchir l’Yonne". L’auteur apprend au fil de ses recherches "comment les Courlonnais se positionnaient pour l’implantation de la gare à Champigny, et le plus près possible de Courlon".

"Ce que j’apprécie dans ce genre de travail que je fais individuellement, c’est d’être plus libre".

L’écriture d’une monographie, très peu pour lui. L’ancien maire aime avant tout la diversité et partager le fruit de ses recherches ponctuelles, au gré de ses envies, de ses périples intellectuels. Sa curiosité, apparemment intarissable, aboutit à une satisfaction personnelle mais aussi au plaisir de ses lecteurs. D’ailleurs, Jean-Jacques Percheminier vogue déjà vers de nouveaux horizons, notamment la représentation des "faits divers" au début du 20ème siècle.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.