Environnement

Implantation d’une usine de méthanisation à Fouchères, la commune poursuit son combat

Publié le 19 mai 2022

La commune de Fouchères a organisé une réunion publique le 16 mai 2022 contre la méthanisation du village. Un énième cri d’alarme sur le sort réservé au village en passe d’accueillir une usine de méthanisation porté par la société Gatibiogaz.

L’association Stop Méthanisation Fouchères, qui regroupe habitants, écologistes, agriculteurs, œuvre depuis un an afin de sensibiliser la population et les pouvoirs publics sur la dangerosité de ce projet, à la fois pour la santé et pour l’environnement.

Cette usine consiste en la reproduction à grande échelle du processus de dégradation et de transformation des matières organiques en biométhane. Ce gaz serait ensuite utilisé en tant qu’énergie au sein des foyers, en remplacement du gaz naturel, et comme engrais par les exploitations agricoles. Autant dire que de son côté, la société Gatibiogaz s’est lancée dans une vaste opération de séduction auprès des élus avec une première réunion d’information et d’échange en octobre 2021.

Alors que l’entreprise fait l’éloge de la méthanisation en tant que procédé parfaitement naturel, l’association dénonce une technique chimique dont le résultat est nommé à tort biogaz. « Les étapes de purification pour passer du « biogaz » au « biométhane » ne font pas appel à des processus biologiques, par conséquent le « biométhane » porte un nom inapproprié. Le « biométhane » est en fait du simple méthane CH4 sans vertu « bio » particulière… ». Stop Méthanisation Fouchères craint également des risques de fuites sur du long termes d’un gaz à effet de serre est 25 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone.

L’action de l’association est loin d’être isolée. Partout en France, des collectifs s’élèvent contre ces projets. Des particuliers se sont aussi intéressés à la question. L’ingénieur retraité Bernard Germain, qui mène un combat acharné contre ces usines en Bretagne, dénonce ce procédé dans son livre « Méthanisation, la nouvelle escroquerie écologique ».

Interviewé par TV Libertés en février, l’ingénieur admettait qu’au « départ, l’idée n’était pas du tout idiote ». Elaborée il y a plusieurs années, des petites structures de méthanisation permettait aux exploitants de diversifier leurs revenus et de réduire leur impact sur leur environnement. Mais aujourd’hui, l’industrialisation du projet présente de nombreux problèmes tels que des nuisances olfactives, le sacrifice de
milliers d’hectares de cultures dédiées au procédé ou encore l’utilisation de carbone (20 à 30%) pour un rendement optimum.

Newsletter

Dernières news

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.