Politique

Hôpital Roland Bonnion à Villeneuve-sur-Yonne : sauvetage ou fiasco édulcoré ?

Publié le 10 janvier 2022

La fermeture de deux bâtiments de l’hôpital Bonnion à Villeneuve-sur-Yonne aurait pu passer complètement inaperçu sans la grogne de plus de 300 personnes début avril 2021. La Commission de Sécurité a décidé de la fermeture de 80 lits des services d’Ehpad et de Soins de Suite et Réadaptation (SSR) vu l’état de vétusté et la non-conformité incendie des locaux. D’ordinaire, on ne peut que saluer une telle réactivité lorsqu’elle répond effectivement à une urgence. Mais peut-on réellement parler d’urgence lorsque des patients sont potentiellement en danger depuis une décennie ?

En réalité, le SDIS 89 alerte sur la sécurité des résidents depuis plus de dix ans à raison d’un rapport environ tous les trois ans. Des avertissements ponctués par des avis favorables, particulièrement en 2016, n’ont visiblement pas su convaincre les pouvoirs publics. Mais en octobre 2020, le couperet tombe. Agacé par l’absence de réaction et encore moins de projet de travaux, le pompier responsable du service prévention a finalement tapé du poing sur la table avec, en prime, un avis défavorable.

Branle-bas de combat ! Enfin presque. Fin mars 2021, les employés sont prévenus qu’ils seront transférés dans d’autres services d’ici fin juin. Les réaffectations, à Villeneuve-sur-Yonne et à Joigny, sont laborieuses voire inacceptables pour certains.

Au final, les contrats d’une dizaine de non titulaires ne sont pas renouvelés, en dépit du soutien du directeur du CH de Sens, M. Marquier selon Natacha Ludot, aide médico-psychologique et déléguée syndicale. Les conditions de travail sont devenues médiocres au point que deux aides-soignantes ont donné leur démission, ainsi qu’une infirmière du SSR.

Le sort réservé aux résidents n’est pas forcément plus reluisant. Les personnes âgées ont été brusquement déplacées, privées leurs repères, livrées à des lieux inconnus sans que les familles ne sachent vraiment lesquels.

Une brutalité qui aurait, sans doute, pu être évitée si seulement des travaux de mise aux normes avaient été réalisés régulièrement ces dix dernières années. Impossible du fait que l’établissement n’avait aucune capacité d’investissement en raison d’une très mauvaise gestion financière, selon un rapport de 2014 de la Cour des Comptes. Et encore moins aujourd’hui, vue l’aggravation de l’état des bâtiments.

Ce coup de pied dans la fourmilière n’aura pas été inutile. Les tutelles réfléchissent désormais à un projet de réhabilitation de ce bâtiment historique, de grande envergure, même, dont le coût est estimé au bas mot à 15 millions d’euros. Tous chantent désormais les louanges du Ségur de la Santé qui le financerait à hauteur de 4 millions d’euros. L’ARS et le Conseil départemental de l’Yonne devraient aussi le co-financer.

Les comités locaux de Joigny, Sens et Villeneuve-sur-Yonne du groupement hospitalier de territoire se réunissaient à la mi-décembre afin de se pencher sur trois scénarii possibles. Affaire à suivre. Ce qui est sûr, c’est que Roland Bonnion n’aura plus rien d’un hôpital.

Newsletter

Dernières news

Un nouveau livre illustré sur l’histoire de Sens vient de paraitre

« Je suis toujours très heureux d’accueillir la... [Lire la suite]

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.